LA CRITIQUE TV DE TÉLÉRAMA DU 09/04/2011

On aime un peu

Il est de ces fausses pistes qui n’en finissent pas d’agacer. Comme un titre tonitruant en manchette qui ne rendrait que peu compte du contenu de l’article à l’intérieur. C’est le cas de cette enquête commencée aux abords d’un lycée de Manosque. Là, fin 2010, un professeur d’histoire-géographie, déjà connu pour ses diatribes contre la laïcité et la République, avait choisi de diffuser une vidéo anti-avortement. Un film de propagande d’inspiration américaine gorgé d’images violentes et de décilitres de sang. S’alarmant, à juste titre, de la montée en puissance des mouvements pro-vie, de leurs attaques répétées contre la loi Veil, de la diminution du nombre de centres IVG, les journalistes, après une brève introduction sur la situation en France, font le choix de consacrer les trois quarts de leur film aux Etats-Unis.

Edifiante, l’investigation décortique avec efficacité les rouages de ces machines de guerre idéologiques, économiques et politiques que sont les mouvances anti-avortement outre-Atlantique. Et le paroxysme d’un communautarisme ultra catholique atteint dans la ville d’Ave Maria fait froid dans le dos. Mais l’on aurait aimé la même intensité d’enquête dans l’Hexagone. Un film à venir ?

Marie Cailletet

Publicités
LA CRITIQUE TV DE TÉLÉRAMA DU 09/04/2011

CE SOIR, ON NE RATE PAS « PETITS SOLDATS CONTRE L’AVORTEMENT » (Elle)

En novembre 2010, un professeur d’histoire-géographie de Manosque, le sinistre Philippe Isnard, était suspendu pour avoir imposé à ses lycéens la diffusion de «No Need to Argue» (« Inutile d’argumenter »), un sanguinolent film anti-avortement. Auparavant, il leur avait distribué des tracts où l’on pouvait lire, par exemple, que, si une femme tombe enceinte à la suite d’un viol, c’est parce qu’elle y avait «pris du plaisir». Dans un «Spécial Investigation» consacré aux «Petits Soldats contre l’avortement», Caroline Fourest et Fiammetta Venner échographient ces puissants réseaux qui voudraient détruire la loi Veil et dont la particularité est d’enrôler des enfants dans leurs manifestations. Terrifiante enquête qui nous emmène en Floride, où le milliardaire catholique Tom Monaghan, ex-PDG de Domino’s Pizza, a fondé la ville fondamentaliste d’Ave Maria, où l’école organise des sorties scolaires… anti-IVG. Le modèle de Monaghan ? La Légion du Christ de Marcial Maciel, prêtre mexicain et… pédophile avéré. Un chiffre cristallise l’insidieuse influence de ces groupements tentaculaires : en France, les centres IVG sont passés de 176 à 118 en dix ans.

« Spécial Investigation », ce soir à 22 h 40, sur Canal +

CE SOIR, ON NE RATE PAS « PETITS SOLDATS CONTRE L’AVORTEMENT » (Elle)